Contre l'indifférence, aidez-nous à agir, donnez.
Contre l'indifférence,
aidez-nous à agir ! Donnez.

Derrière ce regard, il y a un homme. Découvrez son histoire.

Poky, c'était le nom de notre chien. Un Bichon maltais, qui m'accompagnait partout. Il dormait entre nous, avait sa place sur le canapé quand on regardait la télé. Et puis un jour, j’ai perdu mon job, j’étais dans le bâtiment, les difficultés ont débuté, ma femme est partie, et peu à peu j'ai sombré.

Je n’avais même plus envie de sortir de chez moi, je passais ma journée à m'évader devant la télé, avec Poky. Puis, faute de pouvoir payer mes loyers, j’ai perdu mon logement. Je ne voulais pas rester dans mon village, avec la honte de croiser des gens que je connais. J’ai débarqué à Paris avec mon sac et mon chien. On dormait dans la rue. C’était l’hiver et il faisait trop froid, mais je ne pouvais pas emmener Poky en foyer et je ne voulais pas m'en séparer.

Dans la rue, faut se méfier tout le temps pour ne pas se faire piquer ses affaires. Poky, il fait peur à personne. Mais jamais j'en changerai. Y a des jours où je me dis, à quoi bon ?

Dans les couloirs du métro, je suis devenu un truc qu'on enjambe, qu'on évite. J'ai passé des journées entières à parler à personne.
#contrelindifference
Il a 42 ans, dont 2 passés dans la rue. Il navigue d'accueil de jour en foyer, mais passe la majeure partie de son temps à la gare.
Contre l'indifférence, aidez-nous à agir !
Donnez. Je fais un don
J'ai plus envie, c'est dur, à part Poky, personne ne fait attention à moi. Je vais devenir quoi quand il partira ? Je pense à ma mère, qui ne sait rien de tout ça, quand on viendra lui dire que son fils est mort sur le bitume.
Par souci de discrétion et de respect d’anonymat, ce récit est une histoire inspirée de la dure réalité des situations pour lesquelles nous avons besoin de votre aide.
Le pouvoir est aveugle, les détresses les plus accablantes sont muettes...
Comment faire se rejoindre ceux qui savent et ceux qui peuvent ?
#contrelindifference

Aujourd’hui en France, ils sont des milliers d’invisibles…

Contre l'indifférence,
aidez-nous à agir ! Donnez.

30
assurent un toit à une personne pendant 24h
60
permettent d'offrir 12 repas complets aux plus démunis.
100
permettent de vêtir un enfant durant tout l'hiver
soit ... après réduction fiscale.
Si vous êtes imposable, pour votre impôt sur le revenu, 75% du montant de vos dons à la Fondation Abbé Pierre sont déductibles, dans la limite de 536 €. Au-delà, la réduction est de 66% dans la limite de 20% de votre revenu. Si vous êtes redevable de l'IFI (Ex ISF), la loi TEPA vous permet de déduire de cet impôt 75% du montant de vos dons, dans la limite de 50 000 €/an.)

Au moment où leur vie aurait pu basculer,
votre aide a été salvatrice.

Ce qui m'a le plus manqué, ce sont les repas, un lit et la sécurité. Depuis que j'ai un appartement, je me sens revivre. Refaire mon café, prendre une douche... des sensations oubliées depuis longtemps. On m'a redonné une dignité.
Paul,
21 ans de rue. Aujourd'hui logé à Douais.
La Fondation Abbé Pierre m'a donné ma chance. Pour moi, c'est un tremplin pour l'avenir.
Eric,
6 ans de rue. Aujourd'hui logé à Bagnolet.
Mes enfants n'avaient pas d'espace pour jouer. On était dans une seule chambre, à quatre. Depuis que je suis venue dans cette nouvelle maison, ça me rassure pour leurs études, leur éducation. Je sais qu'avec ces conditions là, ils vont avancer dans la vie...et je vais avancer avec eux.
Neicha,
2 ans de rue. Aujourd'hui logée à Dijon.
Luttez contre l'indifférence
en diffusant le message
#contrelindifference